De Skopje à Baku: 2000 km d'émotions | Selle Royal

De Skopje à Baku: 2000 km d'émotions

People & Partners
Produit et technologie

De Skopje à Baku: 2000 km d'émotions
Octobre 2016

Partir pour un long voyage est à chaque fois une grande émotion.
Le faire avec quelqu'un que l'on aime et que l'on connaît depuis longtemps, est encore plus spécial.
Décider de monter en selle et de pédaler pendant deux mille kilomètres à travers l'Europe encore inconnue devient une aventure unique!
Et c'est justement ce qu'ont fait Blerim et Adrian, père et fils allemands tous deux passionnés pour les deux roues ; au mois de mai dernier, ils se sont envolés pour Skopje en Macédoine, avec leurs bicyclettes.
C'est ici qu'a débuté leur circuit sous le signe de la beauté, des muscles endoloris, des rencontres intéressantes et des pneus crevés, et au cours duquel ils ont parcouru les 950 premiers km à travers la Macédoine, les eaux cristallines de la Grèce et le soleil des côtes méditerranéennes.
Une si longue route n'est pas facile à affronter sans les bons moyens, c'est pourquoi ils ont choisi de partir sur la selle Scientia, la plus adaptée à un parcours en vélo aussi difficile.

La fatigue, la distance de leurs proches et de la sûreté de la vie quotidienne, s'atténuent lorsqu’apparaît juste devant leurs yeux la fascinante ville d'Istanbul!
Et c'est ici que les “Father – Son – Worldtravel”, le nom choisi par Adrian et Blerim pour définir leurs expériences à travers le monde, se sont arrêtés pendant cinq jours, en s'émerveillant devant la majesté de Hagia Sofia, a beauté de la Mosquée Bleue et les couleurs des bazars en plein air.
Il serait très facile de s'abandonner aux attraits d'une ville si accueillante, mais l'envie d'aventure est loin d'être terminée !

Voici donc que père et fils s'envolent à nouveau pour la deuxième étape de leur voyage: la Géorgie, un pays où la nature immaculée crée des paysages à couper le souffle ...
En pédalant entre les racines des bananiers et des bambous qui parsèment les côtes de la Mer Noire, en traversant les immenses sommets du petit et du grand Caucase, les voilà arrivés en Azerbaijan. À les accueillir, l'enthousiasme et la chaleur d'un peuple qui, bien qu'affligé par une situation politique difficile, connaît la valeur de la vraie hospitalité et n'accepte pas de les laisser partir sans leur avoir fait goûté une grande variété de spécialités locales. Leurs roues zigzaguent entre les buffles et les chameaux qui envahissent les rues du pays, entre les serpents et les hyènes qui observent leur passage tandis qu'ils atteignent la fin de leur voyage: la ville de Bakou. Quelques jours de repos bien mérité pour profiter de la vue sur la mer Caspienne, puis il est temps de se remettre en route.

Mais cette fois, la route est celle qui mène à la maison; vingt-six jours après, plus de deux mille kilomètres, douze kilos en moins et une quantité indéfinissable d'émotions et de souvenirs, nos amis retournent à la vie quotidienne en planifiant déjà un nouveau départ en selle.
Quelle sera la prochaine destination?

Commentaires 0