Le vélo, mon choix pour bien vivre | Selle Royal

Le vélo, mon choix pour bien vivre

People & Partners
Le vélo, mon choix pour bien vivre
Juillet 2017

Je m'appelle Martine, je suis une italienne et je vis en Angleterre. Ma journée est marquée par des rythmes précis : je me lève tous les matins à 6h15, et la première chose que je fais est de regarder par la fenêtre quel temps il fait. Liverpool, avec ses 836 mm de pluie par an, peut être un endroit très hostile pour ceux qui, comme moi, aime faire du vélo.

Chaque jour, je traverse la ville d'un bout à l'autre sur ma commuting bike. Mes jambes pédalent plus de 26 km sur les routes citadines chaque jour. Mais ma passion ne s'arrête pas à la dimension citadine, j'aime par exemple profiter de mon temps libre pour faire des excursions en mountain bike entre les collines du Pays de Galles et d'Écosse ou sur les Alpes, lorsqu'il m'arrive de rentrer à la maison.

Faire du vélo ne signifie pas seulement aller vite, au contraire c'est aussi ralentir. Et c'est pour cette raison que mon compagnon Edward et moi organisons des vacances sur deux roues. Juste pour ralentir les rythmes frénétiques de la vie quotidienne, se laisser séduire par de nouvelles façons de voir le monde, se préparer à découvrir des lieux uniques auxquels nous ne pourrions jamais accéder d'une autre manière ou à une autre cadence que celles du vélo.

En bref, c'est pour nous une expérience profondément libératrice et méditative, et d'une certaine façon également créatrice (mes meilleures idées me viennent lorsque je suis sur mon vélo!).

C'est sur la base de ces prémisses que nous avons choisi notre dernière destination : Cuba. Nous sentions le besoin d'un endroit chaud et lumineux, avec des collines et la mer à portée de la main, idéal pour oublier le climat gris de l'Angleterre durant ces vacances. Et ce fut ainsi. Nous sommes partis en avril dernier et en dix jours, nous avons pédalé sur 500 kilomètres, en chargeant les vélos d'eau et de fruits tropicaux, en esquivant les crabes colorés qui traversaient la route et en savourant le climat et les beautés de la culture et de la nature des Caraïbes.

En bref, le vélo est devenu partie intégrante de presque tous les aspects de ma vie. Et c'est pourquoi il est pour moi fondamental que chaque composant que je choisis soit fait sur mesure, de façon à en tirer un confort maximum. Lorsque j'ai dû trouver la selle parfaite pour moi-même, ma décision ne pouvait se replier que sur Selle Royal Scientia.

J'en ai choisi deux: Scientia A>2, pour ma commuting-bike et Scientia M>2, que j'utilise pour les voyages sur deux roues. Spécialement conçues selon la distance de mes os ischiatiques, elles sont parfaites pour ma conformation physique et mon style de pédalage, elles me vont comme un gant.

Le bien-être que j'éprouve en pédalant n'est toutefois pas seulement lié à la commodité (dans tous les sens !), mais aussi à la conscience que je fais quelque chose de bien pour l'environnement, pour ma santé et pour la société. Le vélo est un moyen rapide et économique, il aide à fluidifier la circulation et réduit énormément l'émission de CO2. Il s'agit non seulement d'une excellente façon de rester en forme et, comme il est émergé d'une récente étude publiée dans le British Medical Journal, il diminue considérablement le risque de maladies cardiovasculaires.

Au-delà de l'utilisation que nous en faisons, je crois que le vélo nous enseigne à connaître et à dépasser nos limites. Cela nous fait sentir plus libres et plus indépendants. C'est aussi une discipline qui attire de plus en plus de femmes protagonistes et c'est très agréable de faire partie de cette communauté en pleine croissance!

Mais ceci est un autre sujet, restez à l'écoute ...

 

 
Commentaires 0