Lorsque le vélo révolutionne la mobilité, la technologie et l'urbanisme répondent aux besoins des cyclistes. | Selle Royal

Lorsque le vélo révolutionne la mobilité, la technologie et l'urbanisme répondent aux besoins des cyclistes.

Produit et technologie

Lorsque le vélo révolutionne la mobilité, la technologie et l'urbanisme répondent aux besoins des cyclistes.
Novembre 2017

L'extraordinaire croissance du marché des vélos dans le monde entier a eu un double mérite: elle a ravivé l'intérêt pour un moyen économique, écologique et sain, et a simultanément stimulé de nombreux producteurs de vélos et d'accessoires à développer des technologies capables de rendre le pédalage de plus en plus pratique et agréable. Des cadres extrêmement légers, des applications pour smartphone qui évaluent les vitesses, kilomètres parcourus et calories brûlées, des selles réalisées avec des gels et des mousses qui amortissent les chocs et rendent plus confortables les longs voyages : voici quelques-uns des développements sur lesquels la technologie s'est penché pour le bien-être sur deux roues. Mais des projets et des idées innovantes naissent aussi dans les infrastructures et les services destinés aux cyclistes amateurs dans de nombreuses régions du monde.

Dans la ville de Tokyo par exemple, une solution innovante a été trouvée pour le problème du parking ; il est en effet de plus en plus difficile pour ceux qui choisissent de se déplacer sur deux roues, de trouver un endroit sûr où laisser leur vélo avec la certitude de le retrouver à leur retour.

Les Japonais ont conçu et réalisé un parking vertical qui descend sur onze mètres souterrains, pouvant contenir jusqu'à 200 vélos. Ce qui apparaît à la surface est seulement une cabine, à l'intérieur de laquelle le vélo est déposé; puis un bras robotique saisit le vélo et l'entraîne en sous-sol, où il est garé dans un espace spécifique.

Ceux qui utilisent le vélo comme moyen pour les déplacements quotidiens peuvent acheter, à un prix réduit (un peu plus de 10€ par mois), une carte qui sert d'abonnement et profiter ainsi des espaces souterrains de l'un des 43 parkings verticaux éparpillés dans seize zones de la capitale. Les phases de stockage et de récupération du vélo durent au total moins de 15 secondes, en rendant ainsi le parking non seulement sûr mais aussi extrêmement pratique.

            

La Hollande en revanche a toujours été particulièrement attentive aux besoins des cyclistes, et a exploité la technologie de l'impression 3D pour réaliser le premier pont exclusivement dédié aux cyclistes et aux piétons. En trois mois seulement, dans la ville de Gemer, a été créée une passerelle de huit mètres de longueur qui traverse un canal, constituée de 800 couches de ciment réalisées par une imprimante 3D. Il s'agit du premier cas d'infrastructure dédiée à la viabilité urbaine construite avec une modalité aussi innovante et, d'ailleurs, les avantages pour la communauté émergent déjà : le ciment distribué par une imprimante 3D rend le travail certainement plus rapide, car il ne nécessite pas de structures auxiliaires à l'appui de la construction ; plus écologique, car il n'y a aucun gaspillage de matériel; plus personnalisée car il n'existe aucune limite aux formes qui peuvent être créées.

La technologie appliquée aux services a également simplifié le choix du vélo sans toutefois devoir le posséder. Le bike sharing, pratiqué depuis longtemps dans les villes du monde entier, est devenu encore plus pratique et accessibles grâce à un service inventé par une société chinoise, très semblable à ce qu'Uber est pour les taxis. L'entreprise de Pékin a mis à disposition des milliers de vélos jaunes partout dans les villes et a développé une app qui permet de les débloquer et de les rendre utilisables pour le prix de quelques centimes. Principalement utilisé par les universitaires, ce service est extrêmement simple : il suffit de passer son propre smartphone sur le code-barres du vélo pour scannériser et pourvoir utiliser le véhicule.

Le système sera certainement amélioré dans les détails, mais actuellement il se développe au niveau international, en attirant de nombreuses personnes à remonter sur selle, dans des villes notamment très polluées. Plus de 70 000 vélos jaunes sont déjà présents dans 20 villes de Chine qui sont passées en peu de temps de quelques centaines de milliers de courses à presque 300 millions en un an seulement.

Durant ces derniers mois, le phénomène bikesharing stationless, c'est ainsi qu'est appelé la location sans parking fixe des vélos, s'est diffusé dans le monde entier : de la Chine aux États-Unis, en passant par la Royaume-Uni et l'Italie. Depuis le mois d'août 2017, il est en effet possible de trouver à Milan et à Florence ces vélos partagés, au design extrêmement innovant, équipés de GPS et d'un cadenas intelligent. Un soulagement pour le physique et pour le bien-être écologique.

L'innovation technologique est indispensable pour améliorer une activité qui a déjà de nombreux côtés positifs : mais que pourrait-être selon vous la prochaine idée révolutionnaire pour les amateurs de vélos ?

Commentaires 0