De la Côte Ouest à la Tasmanie. C’est reparti avec le tour du monde de Roberto Cassa | Selle Royal

De la Côte Ouest à la Tasmanie. C’est reparti avec le tour du monde de Roberto Cassa

People & Partners
De la Côte Ouest à la Tasmanie. C’est reparti avec le tour du monde de Roberto Cassa
Octobre 2018

Après nous avoir dévoilé les merveilles de la Nouvelle Zélande et fait partager les aventures de sa longue excursion tout le long de la Côte Ouest, en avril dernier, de Vancouver à Los Angeles, Roberto Cassa renfourchera très bientôt son vélo pour une nouvelle aventure.
Toujours à la recherche de lieux fascinants, surtout côté paysage, cette fois Roberto a choisi la Tasmanie, île au large des côtes australiennes recouverte des plus grands arbres du monde et Patrimoine Mondial de l’UNESCO grâce aux 14.000 km2 de la Zone de nature sauvage de Tasmanie. Le départ, qui a eu lieu mi-octobre, a été soigneusement planifié par Roberto car il s’agit d’un mois au climat plus favorable, dans l’hémisphère austral, par rapport au climat européen, avec le début de la belle saison et des températures qui se situent autour des 16°-18°. Le tour que Roberto a entrepris le conduira sur les côtes mais aussi dans l’arrière-pays de l’île, en passant de climats plus mitigés à des températures plus froides, toujours sous le vent cinglant qui abandonne rarement ces lieux.

Son voyage à vélo a commencé dans la capitale Hobart ; il se dirigera d’abord vers l’arrière-pays dans le sens horaire, puis vers la côte pour boucler la boucle du parcours en retournant dans la capitale, pédalant sur une distance totale d’environ 2.000 km. Première étape : le Parc national Southwest, le plus grand parc national australien, une forêt pluviale de plus de 600.000 hectares avec des plantes séculaires, comme le pin Huon, présent depuis 3.000 ans en ces lieux, des cascades spectaculaires et plus de 300 variétés de mousses, fougères et lichens, dont certaines parmi les plus rares de la planète. Son aventure à vélo, proche de la nature, se poursuivra parmi les lacs glacés de la Cradle Mountain, passera par les gorges du Walls of Jerusalem et atteindra la plage blanche et les eaux transparentes bordées des rochers orangés de Binalong Bay.

L’aventure le long de la côte arrivera à Honeymoon Bay, où Roberto abandonnera momentanément son vélo pour, espérons-le, s’octroyer un peu de temps et sauter dans les irrésistibles vagues bleues ou partir à la recherche d’un cacatoès qui évolue au-dessus de sa tête. Encore la nature : le Parc National Abel Tasman avec ses roches immenses et ses nombreux animaux terrestres et marins. Avec un peu de chance il lui sera possible de voir des dauphins, des opossums et des baleines migratrices ou d’admirer le vol des aigles de mer. Bruny Island est la dernière étape qui le ramènera vers la capitale, où son voyage dans la nature australe pourra se conclure. Comme chaque fois, Roberto partira avec les idées bien claires, mais nous sommes sûrs que dès qu’il se sera familiarisé avec ces terres immenses et luxuriantes, son instinct prendra le relais.

En partageant l’esprit d’aventure de Roberto, Selle Royal a choisi cette fois de soutenir son épopée avec deux selles différentes, pour lui permettre de pédaler confortablement et en toute sécurité, mais aussi pour pouvoir les changer selon ses exigences. La première est Respiro Athletic, la selle avec un canal central qui réduit la pression dans la région Respiro Athletic, la selle avec un canal central qui réduit la pression dans la région périnéale et améliore instantanément la transpiration, équipée d’une petite housse qui s’avère être plus “fraîche” par rapport à d’autres types de housses de couleur noire. Nous sommes certains que cette selle saura être une alliée précieuse pendant les journées les plus chaudes.

L’autre selle qu’il emportera est Lookin 3D Athletic, qui présente sur les côtés un matériau innovant extrêmement résistant et pour cela en mesure de protéger la selle contre les coupures, les abrasions et les déchirures qui pourraient survenir pendant les aventures les plus extrêmes. Le rembourrage confortable des deux selles permettra de réduire les pics de pression et aidera Roberto à atténuer la fatigue que les nombreuses heures en selle provoquent le long des 2.000 km de son parcours. Après les nombreux voyages en deux-roues que Roberto a entrepris au fil de ces dernières années, ce qu’il a fermement affirmé c’est que le meilleur investissement que l’on puisse faire dans ce genre de situation est une bonne selle confortable!

Maintenant qu’il est parti, attendons patiemment les déplacements de Roberto mais plus encore les récits qu’il fera à son retour, mais jusque-là, suivons les traces du Diable de la Tasmanie à travers ses réseaux officiels, sur Facebook et Instagram. Bon voyage Roberto, emmène-nous à la découverte des coins du monde que nous n’imaginions même pas!

Commentaires 0