La philosophie du Downshifting est de plus en plus partagée | Selle Royal

Ralentir pour se sentir plus libre: la philosophie du Downshifting est de plus en plus partagée

Bike Culture & Tips
Ralentir pour se sentir plus libre: la philosophie du Downshifting est de plus en plus partagée
Novembre 2017

Nous passons une grande partie de notre vie à essayer d'accumuler: les amitiés, les objets, les rêves, l'argent, les forces. Tous destinés à «nous épargner» jusqu'au moment où nous pourrons enfin profiter des fruits que nous avons mis de côté. Dans la fable de la cigale et la fourmi, nous avons choisi d'être les deux, dans un cercle vicieux qui risque de tourner sur lui-même. Au cours de ces dernières années, une solution à ce dangereux tourbillon semble émerger de plus en plus. Il s'agit de penser à sa propre existence d'une manière différente et d'un nouveau lifestyle qui se traduit en un seul mot: slow.

Ralentir physiquement et psychologiquement; faire des choix de vie qui permettent de se rapproprier des rythmes plus humains; profiter de l'instant présent plutôt que de focaliser l'attention sur le futur. Dans le domaine du travail, tout ceci a évolué dans le concept de Downshifting (appelé aussi «simplicité volontaire»), qui consiste en une série de choix non plus centrés sur l'argent et le status symbol, mais orientés vers la simplicité entendue comme bien-être psycho-physique.

Terme inventé par le Trends Research Institute de New York en 1994, lorsque se développait un modèle de société d'hyper-consommation axée uniquement sur l'idée de « je travaille > je produis > je gagne > je paye > je prétends > je consomme». La philosophie du downshifting s'est ensuite propagée au niveau international et aujourd'hui elle révolutionne lentement la façon de comprendre et de gérer le monde du travail, si bien qu'elle a été ajoutée dans le New Oxford Dictionary avec la signification de «libre échange d'une carrière économiquement satisfaisante mais évidemment stressante, avec un style de vie moins fatigant et moins payé mais plus gratifiant».

Adhérer au Downshifting est une pratique de plus plus répandue, en particulier parmi ceux qui travaillent à leur compte et qui peuvent se permettre d'organiser leur propre temps plus facilement; c'est devenu un comportement également étudié sociologiquement et économiquement, comme le témoignent certains des nombreux textes dédiés à l'argument. Pour ceux qui souhaitent approfondir cet aspect de la philosophie slow, nous conseillons certaines lectures et idées intéressantes:

  • «Downshifting: comment moins travailler et profiter de la vie» de John Drake;
     
  • «Maintenant ça suffit. Quitter son travail et changer de vie. Philosophie et stratégie de ceux qui y sont parvenus» de Simone Perotti;
     
  • Le site officiel de l'International Downshifting Week, où nous pouvons également trouver des conseils pratiques pour devenir un downshifter à tous les effets, selon Tracey West, le «gourou» du mouvement.
     

Mais quelles sont les actions concrètes de ceux qui adhèrent à cette philosophie? Nous en avons identifié quelques-unes, mais nous sommes certains que chacun doit trouver sa propre personnalisation:

  • préférer une existence mois fatigante et plus gratifiante;
     
  • donner moins d'importance à l'argent et plus au temps libre;
     
  • éliminer le superflu;
     
  • préférer le vélo plutôt que la voiture;
     
  • cultiver un jardin;
     
  • se nourrir avec des aliments à kilomètre zéro et de saison;
     
  • élever un animal de basse-cour;
     
  • s'adapter à bien vivre avec peu;
     
  • réévaluer la lenteur dans les actions et les pensées;
     
  • se promener dans de nouveaux endroits;
     
  • voyager low-cost;
     
  • réaliser des activités créatives;
     
  • effectuer des travaux manuels et ajuster ce qui se casse, au lieu d'acheter de nouveaux objets;
     
  • faire des choix éco-durables, en limitant les gaspillages.

 

Vivre slow n'est pas toujours facile; il s'agit d'un parcours graduel mais de fort impact environnemental et culturel, qui prévoit cohérence et constance, et dont la grande ambition est celle de nous faire sentir plus libres. Choisir d'utiliser le vélo à la place de moyens à moteur est l'une des étapes les plus importantes pour devenir downshifter: organiser ses propres déplacements sur un vélo prévoit nécessairement une attitude plus "lente" et moins stressée à l'égard des activités quotidiennes, et simultanément, plus respectueuse de l'environnement et de sa propre santé. Profitons donc de cette opportunité si simple à saisir! Planifions notre temps en choisissant le parcours le plus beau à traverser, et non pas le plus rapide. Pédalons pour tonifier les muscles mais sans trop les fatiguer. Redécouvrons des coins de la ville loin des routes habituelles. Partageons si possible le trajet avec d'autres cyclistes amateurs, pour saisir l'occasion de parler et cultiver de nouvelles connaissances.

En quelques mots, profitons du voyage et non pas de l'arrivée, Puis si le type de travail le permet, essayons de remplacer la voiture par le vélo également sur le parcours quotidien; les cargo-bike sont le moyen parfait pour ceux qui doivent transporter des objets qui ne sont pas trop volumineux. De petits supermarchés, fleuristes, boulangers, blanchisseries, marchands de fruits et légumes, et bien d'autres encore: ce n'est pas un hasard si de nombreuses activités ont commencé à s'équiper de coursiers sur deux roues pour toutes les livraisons dans des zones citadines. Un excellent système pour rejoindre des lieux à circulation limitée et, simultanément, pour réduire les gaz d'échappement qui trop souvent enveloppent les centres historiques. Il s'agit en somme de faire le premier pas ou le premier tour de pédale, et de se laisser guider par le bien-être qui, nous en sommes surs, en découlera.

La philosophie du Downshifting est devenue si célèbre que depuis 2003, en Grande-Bretagne, est célébrée la National Downshifting Week durant les derniers jours du mois d'avril. Le prochain rendez-vous, prévu entre le 23 et 29 avril 2018, sera une bonne occasion pour découvrir combien il peut être si simple de se sentir libres.

 
Commentaires 1
Hacia allá debemos ir, buscando una vida y no un estatus !!!