Destination bien-être | Selle Royal

Destination bien-être

People & Partners
Produit et technologie

Destination bien-être
Avril 2016

Sept mille trois cent quarante-cinq km, un mètre en plus un mètre en moins. 
Et dire que tout cela a commencé par une simple promenade, le tour en vélo habituel entre amis, le premier dimanche d'avril, les premiers rayons de soleil, les premières chaleurs.
Je ne sais pas si c'est le plaisir de sentir l'air sur mon visage ou plutôt une montée très raide qui m'a fait prendre conscience que je ne prenais plus soin de moi-même depuis bien longtemps.
L'hiver rend vraiment casanier, mais le printemps est trop éclatant pour le vivre en hibernation.

Et puis le vélo est devenu ma drogue. Une drogue sans effets collatéraux à part la dépendance.
De 20 km par semaine à 20 km par jour, le pas est plus rapide que vous le pensez.
Chaque fois que vous montez sur la selle, vous vous sentez en vie comme vous ne le ressentiez plus depuis des siècles, chaque fois que vous descendez de selle vous vous sentez plus vivant que jamais. 
Bien sûr, vous pourriez tout simplement aller courir, mais un monde qui défile n'est-il pas plus attrayant ?
Bien sûr, vous pourriez aller à la salle de sport, mais vous risqueriez de ne plus découvrir le monde ?

En augmentant les kilomètres, vous augmentez la dose.
Les montées semblent des petites collines, la pédale descend sans effort comme un couteau dans le beurre, les pentes ne vous effrayent plus, en effet elles semblent même vous provoquer.
C'est là que vous voulez vous surpasser, en essayant de mettre plus de kilomètres possible entre vous-même et votre âme casanière. Cela devient une question personnelle, un défi en solitaire.
Face à vous, la fatigue, le cœur qui bat très fort, la transpiration qui dissout la volonté d'aller plus loin. 
Mais vos jambes ne vous abandonnent pas. Jamais.
Et lorsque vous êtes tout en haut, et bien ... vous voilà le roi du monde.

Le printemps arrive. Sept mille trois cent quarante-cinq kilomètres en plus et quatre kilos en moins.
Un an est passé et il me semble avoir rajeuni de cinq ans. 
Je n'ai plus cette âme casanière maintenant. Aucune montée n'est trop raide pour moi. 
Mais le plaisir de sentir l'air sur mon visage est resté comme au premier jour.

Commentaires 0